L’annualisation du temps de travail en entreprise

L’année d’une entreprise est rythmée par différentes périodes d’activité plus ou moins soutenues selon les saisons, les évènements et les tendances. Le début de l’année est le moment idéal pour mettre en place ce qu’on appelle « l’annualisation » afin d’anticiper ces fluctuations et de préparer au mieux l’année à venir pour votre entreprise.

Qu’est-ce que l’annualisation des temps de travail ?

L’annualisation du temps de travail est un mode d’aménagement des plannings RH permettant de gérer sur l’année, les temps de travail des salariés en tenant compte des fluctuations d’activité et des besoins de l’entreprise. Cette stratégie de gestion des temps permet d’équilibrer les ressources aux besoins de l’entreprise en attribuant à l’avance plus ou moins de ressources en fonction de périodes d’activités différentes.

Le temps de travail annualisé : pour quels objectifs ?

La modulation du temps de travail répond à deux objectifs principaux :

Tout d’abord, elle permet d’anticiper les pics d’activité de votre entreprise et ainsi d’adapter les temps de travail des salariés en fonction de vos besoins. Par exemple, vous pouvez demander à vos employés de réaliser des heures excédentaires sur les périodes de plus forte activité. Ils travaillent donc un volume horaire hebdomadaire plus important qu’initialement prévu dans leur contrat. En compensation, ces employés travaillent moins en périodes basses pour récupérer leurs heures excédentaires.

Ensuite, l’annualisation permet d’éviter de recourir à des contrats intérimaires ou des CDD pendant les périodes de forte activité et au contraire d’éviter le chômage technique pendant les périodes de faible activité.

Les grandes étapes du calcul de l’annualisation

Le calcul de l’annualisation du temps de travail définit le nombre d’heures que chaque salarié doit réaliser tout au long d’une année civile.

La première étape consiste à anticiper le temps de travail attendu sur l’année pour chaque collaborateur selon son type de forfait (jours ou heures), sa présence sur la période de modalisation (CDD ou CDI), son régime (temps partiel ou  temps complet) et son statut horaires (39h, 37h30, 35h, …).

La seconde étape consiste à décompter le temps de travail effectivement réalisé depuis le début de l’année, déterminé par exemple par les rapports de badgeage et les événements d’absences.

La mise en place de l’annualisation du travail en entreprise

La modulation des temps de travail en entreprise doit être mise en place après accord de l’inspection du travail et annonce des horaires applicables à tous les salariés.

Le calcul de l’annualisation doit respecter les règles relatives aux durées de travail maximales prévues pour le salarié. Par exemple, un salarié à temps plein, soit 35 heures par semaine, devra travailler 1 607 heures sur l’année étalées en fonction de l’activité prévue par l’entreprise.

 

découvrir la planification optimisée