La semaine de 4 jours : un outil RH puissant et méconnu

En France, plus de 400 entreprises ont adopté la semaine de 4 jours pour une autre organisation au travail, comme Télérama, Mamie Nova, la Macif ou les Brioches Pasquier. Ce modèle hebdomadaire peut prendre plusieurs formes, en réduisant le nombre d'heures de travail par semaine (de 35h à 32h ou 28h par exemple), en lissant les semaines sur l'année (6 mois en 31h puis 6 mois en 39h), ou en augmentant l'amplitude journalière sur la semaine (35h sur 4 jours).
Réduction du stress, meilleur équilibre entre la vie professionnelle et personnelle, lutte contre le présentéisme et augmentation de la productivité : les bénéfices sont nombreux pour la semaine de 4 jours. Mais est-ce un système réellement avantageux pour l'entreprise ou une nouvelle proposition un peu abstraite pour la QVT ?

 

La semaine de 4 jours à l'étranger

Microsoft Japon a expérimenté la semaine de 4 jours pour ses employés l'été dernier : un succès pour l'entreprise avec une hausse de la productivité de 40 % sur 5 semaines1 et un bien être amélioré au travail. Microsoft n'envisage pas pour le moment de généraliser la pratique mais l'expérience a séduit 92 % des collaborateurs et un second test, plus long, devrait être réalisé durant l'hiver 2019.

En 2018, l’entreprise néo-zélandaise Perpetual Guardian avait proposé la semaine de quatre jours payé 5 pendant deux mois à ses collaborateurs2. Le taux de stress a diminué de 7 points et le taux d'engagement et de motivation ont eux augmentés de 5 points. Avec ces résultats encourageants, Perpetual Guardian a décidé de pérenniser ce mode de fonctionnement.

Un chercheur de l'université d'Oxford a étudié 5 000 salariés travaillant quatre jours chez l'opérateur British Telecom pendant six mois : il en ressort une meilleure qualité des appels, et un indice de satisfaction client boosté3. Preuve que la semaine des 4 jours peut s'adapter à beaucoup de secteurs d'activités, même ceux nécessitant une forte demande en présentiel.

 

La semaine de 4 jours expérimentée en France

Une étude réalisée par Workforce Institute et Future Workplace en mai 2019 montre que 60 % des Français seraient favorables à une semaine de 4 jours pour mieux concilier vie professionnelle et personnelle4.

L'entreprise toulonnaise Love Radius a sauté le pas5, et a opté pour un système de semaines alternées. De mai à août les salariés travaillent 4 jours payés 5, et en période moins estivale les collaborateurs retournent à 5 jours hebdomadaire. Pour les fondateurs, c'est un gain ressenti en productivité : les salariés s'investissent plus et ont une meilleure gestion des temps en priorisant leurs tâches.

Depuis 1997, la société Yprema a adopté la semaine de 35h sur 4 jours pour 80 % de ses 102 salariés (hors cadres dirigeants, commerciaux et agents d’accueil.)6. Les salariés sont très satisfaits d'avoir une journée de repos en semaine, malgré des horaires plus chargés le reste du temps.

Mais il y a pour cette entreprise d'autres avantages :

  • Les contrats des 35h sur 4 jours ne coûtent pas plus cher à l'employeur grâce à un système de turn-over dans les services de production.
    Ce système de turn-over permet à des employés polyvalents de combler des absences de postes ou de renforcer une équipe en production. Cela réduit de plus la pénibilité sur certains postes de recyclage. Grâce à ce système de roulement, les machines de production tournent 44 heures / semaines, contre 39h avant la mise en place des 4 jours hebdomadaires, soit 1 mois de production supplémentaire par année.
  • Dans les bureaux, le fonctionnement a été repensé en binôme ou trinôme pour que le service soit toujours en continu malgré les journées de congés hebdomadaires de chacun.
    Selon Susana Mendez, DRH chez Yprema, ce fonctionnement contribue grandement au "mieux travailler ensemble" en encourageant la communication entre salariés. Et comme chacun apprend de l'autre, les montées en compétences sont nombreuses, ainsi que les promotions en interne.

 

La semaine de 4 jours, un casse-tête pour la planification ?

Si les bénéfices de la semaine de 4 jours sont prouvés, sa mise en pratique peut être compliquée notamment pour la planification des équipes. Pour assurer la continuité des services, par exemple dans un centre d'appel ou en milieu hospitalier, il est important de planifier en amont selon la charge des équipes, la saisonnalité et les objectifs de production ou de chiffre d'affaires de l'entreprise.

Asys propose plusieurs solutions pour la gestion manuelle ou automatique des plannings. Les solutions RH Chronos et So'Horsys offrent différentes aides à la planification comme des indicateurs de charge, un module de recherche multi-critères de remplaçants, des alertes temps réel sur les compétences, etc. 

Pour les besoins de planification complexe, Asys propose un module de planification automatique sous contraintes pour vous aider à trouver la bonne personne au bon moment et au bon endroit. La planification peut-être un véritable casse-tête si l'on a pas la bonne solution RH, à vous de trouver la vôtre !

 

 

 
Une question sur la gestion de plannings ? Parlon-en !

 

 

 

1 : Microsoft teste la semaine de 4 jours... au Japon
2 : Nouvelle-Zélande - Entreprises : bientôt la semaine de quatre jours ?
3 : Travail : la semaine de 4 jours engendre plus de productivité selon une étude
4 : Les Français pour la semaine de quatre jours au travail
5 : Chez JPMBB, on travaille 4 jours par semaine l’été
6 : Faire ses 35 heures sur quatre jours, c’est possible (et c’est bien !)

 


à lire également

À lire également :

Bien-être des salariés : 5 spécificités de la gestion du temps de travail

7 pistes pour éviter le présentéisme dans votre entreprise